17.2.19

Jeanneries

Après les cadeaux, et tant que la MAC était encore sur la table, j'ai pris le temps, enfin, de faire quelques objets pour moi.

Depuis longtemps, je voulais me faire un sac à dos en jean. J'ai mis très longtemps à le concevoir, et mon carnet de croquis est plein de gribouillages. Entre compilation de modèles vus ici ou là sur le web (j'ai 5 tableaux Pinterest dédiés aux sacs, qui rassemblent près de 3000 épingles), études de différents patrons, dont l'excellent livre "Sacs et accessoires en toile de coton" des Editions de Saxe, expérience d'usage des sacs que je possède, et enfin contraintes imposées par les formats de tissus récupérables dans un jean recyclés, j'ai fini par mettre mon modèle au point. Le processus a duré plusieurs mois, dilemmes sur le système de fermeture de la poche principale et mise au point de la gamme de montage inclus. Et puis, enfin, en janvier, j'ai commencé à découper mes jeans et à monter mon sac.

Sac à dos en jean recyclé - face avant

Il est assez grand pour accompagner une journée de déplacement professionnel, avec rangement de mes carnets de notes et d'une tablette.

L'extérieur comporte 3 poches plaquées restituées dans leurs dimensions d'origine, parfaites pour glisser une pochette de mouchoirs, une petite bouteille d'eau, des tickets de visite, bref des objets sans grande valeur, mais qu'on aime avoir à portée de main quand on crapahute.

Sac à dos en jean recyclé - profil

La face avant cache une grande poche à fermeture éclair qui descend jusqu'au fond du sac, pour y ranger des objets plus précieux, comme un porte cartes de crédit, qui reste facilement accessible pour payer dans un distributeur sans ouvrir tout le sac.

Sac à dos en jean recyclé - ouvert

Les téléphones (j'en ai deux, donc c'est un peu l'horreur) sont cachés dans le dos, dans des poches plates zippées. Ils sont ainsi protégés du vol dans un transport bondé, mais rapidement accessibles, et je peux les sentir vibrer si on m'appelle.
Sur les tirettes des zip, j'ai enfilé les anneaux de ceinture du jean noir utilisé pour faire les bretelles et les poignées du sac.

Sac à dos en jean recyclé - face arrière

Par dessus la poche du bas, une lanière large permet d'enfiler le sac sur la poignée télescopique d'une valise trolley, très pratique pour le maintenir sans qu'il tombe. A l'intérieur de la poignée de portage, un anneau plus petit (ancien passant de ceinture) permet d'accrocher mes clefs sur l'extérieur du sac. Parfait quand on descend juste de voiture pour une petite course.

Sac à dos en jean recyclé - intérieur (fond)

A l'intérieur, ma sempiternelle toile rayée, anciennement housse de canapé. Pour l'intérieur de ce sac cependant, j'ai commencé à utiliser le tissu neuf issu de la coupe initiale. Au fond du sac, côté dos, une grande poche plate pour y glisser une tablette, un carnet, un magazine. J'aurais du la faire 1 ou 2 cm plus large pour pouvoir y glisser aussi mon PC pro... mais comme ces dernières années je ne le transportais plus beaucoup, je n'y ai pas pensé.
La poche en question est elle-même équipée de 2 poches plaquées pour le parapluie et les lunettes de soleil, et d'une bande de boutonnières de braguette pour y suspendre clefs et pochettes pour écouteurs de téléphone, lecteur MP3, clefs USB...).

Sac à dos en jean recyclé - intérieur (face avant)

Du côté de la face avant,l'intérieur est équipé d'une poche zippée et de 3 poches plaquées. 

La grande poche centrale est parfaite pour y coller mon organiseur de sac (en ce moment, j'utilise celui qu'on voit ici) et mon gros porte-monnaie compagnon, que je ne vous ai jamais montré bien qu'il ait maintenant plusieurs mois. Promis, je lui tirerai le portrait un de ces jours. 

J'ai eu l'occasion de le tester cette semaine en déplacement, et il répond plutôt bien aux exigences que je lui avais assignées, mieux bien sûr si je me déplace avec une tablette plutôt qu'avec un PC. Et je suis sûre que pour les vacances d'été, il sera parfait. Au total, j'ai du utiliser 3 jeans pour le faire, y compris les bretelles qui mine de rien emploient pas mal de tissu (3 épaisseurs). Il reste encore quelques améliorations mineures à apporter dans les finitions, mais j'ai fait des progrès par rapport à mes premiers sacs, grâce à différents tutos trouvés sur le net, et au retour d'expérience : mes sacs sont très utilisés, tant ceux que j'utilise moi même que ceux que j'offre, et je peux donc vérifier comment ça vit au fil du temps pour en tirer des enseignements. Pour sûr, à la fin de ma vie, je serai au point :-)

Je me suis aussi fait des trousses, c'est un péché mignon chez moi. Rapides à fabriquer, toujours utiles pour soi ou pour offrir, je ne me lasse pas d'en faire, inspirée là aussi par une abondante collecte d'épingles dans un tableau dédié.

Cette fois, j'avais décidé d'utiliser ce que j'appelle des "fantômes de poches". En effet, si j'utilise toutes les poches plaquées des jeans que je recycle, je les repositionne la plupart du temps sur une autre pièce de tissus. Il me reste donc des fesses de pantalon, que j'utilise assez peu dans mes sacs. Mais pour faire des trousses, c'est parfait.

J'avais repéré depuis un certain temps des trousses plates équipées d'un élastique, qui permettent de les accrocher sur un carnet.

J'en ai fait deux, une pour équiper mes carnets de croquis (format A6 environ) qui sont parfois de simples carnets à spirale Clairefontaine, comme en ce moment. L'élastique permet donc à la fois de maintenir le carnet fermé, avec toutes les feuilles volantes que j'inclus (grilles de point, schémas gribouillés, étiquettes de fils...) et d'avoir sous la main crayons, gomme, et même un ou plusieurs crochets.

Trousse plate à élastique

Trousse plate à élastique

L'autre est un peu plus longue, pour mes carnets pro, souvent des Moleskine format A5.

Trousse plate à élastique

Trousse plate à élastique

C'est fait en un tour de main (dans une grosse toile, inutile de doubler), et c'est réellement super pratique. Je les adore... et j'en ferai sûrement d'autres.

La dernière trousse, dédiée au maquillage, est désormais dans le sac à dos en jean.

Trousse maquillage jean recyclé

Pour celle-ci, l'idée était de tester la méthode "fold and sew" de ce tutoriel pour faire une trousse à coins carrés (ce que les anglophones appellent de manière très imagée "boxing a corner" et que je ne sais pas traduire de manière satisfaisante en français).

C'est amusant, parce qu'avec seulement 2 coutures latérales, on forme aussi le fond carré du sac ou de la trousse, et on a un triangle extérieur intrigant. Comme j'envisage d'utiliser la technique sur des sacs, je voulais d'abord tester sur une trousse.

Trousse maquillage jean recyclé

Mes propretés de fermeture éclair ne sont pas encore parfaites (dans les toiles épaisses, l'alignement des coutures n'est pas toujours facile), mais ça s'améliore quand même. Ici, j'ai utilisé le tuto d'Octavie, mais il y a différentes manières de faire des onglets pour les fermetures éclair.

Trousse maquillage jean recyclé

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

26.1.19

Mon tricothon 2018 : épisode 3

Voici donc le dernier épisode de mon "tricothon", avec la fin des colis qui sont partis en Italie.

Il va commencer... par de la couture. Là encore, je travaille à partir des tissus données par ma belle-sœur. Je sais qu'elle apprécie particulièrement mes sacs et qu'elle les utilise : cela vaut donc la peine de sortir la MAC.


Sac cousu main

Pour ce modèle, j'ai construit le patron moi-même en m'inspirant de sacs qui m'avaient plu (j'en collectionne des tonnes dans mon Pinterest, où ils sont répartis en plusieurs tableaux, cousus, en cuir, au crochet ou en tricot, en jean...). C'est une forme assez classique, le changement de sens des rayures lui donne un petit "twist" intéressant. Les coins sont "boxed" (je ne sais pas comment on dit ça en français, tous mes tutos sur ce point sont en anglais) pour donner du volume.

Les anses en cuir (que j'avais achetées sur Little Market qui n'existe plus, mais j'ai encore une boutique de référence sur Etsy) donnent toujours un air plus professionnel à la réalisation finale.

Sans titre

L'intérieur est doublé du même tissu, une sorte de faux velours très doux, avec de jolis reflets et une bonne tenue. Les poches (3 plaquées, 1 zippée) et les anneaux à clefs sont en jean brut. Il est fermé par une pression aimantée.

Celles qui ont déjà regardé de près l'aménagement de mes sacs pourront noter que j'ai fait des progrès pour faire des poches zippées nettement plus propres, avec un onglet de part et d'autre de la fermeture éclair (un tuto en français chez Octavie à Paris - que je remercie au passage pour son partage, mais vous en trouverez plein sur le net).

Je voulais tester des modèles de trousses (une autre de mes folies, vous pouvez vérifier sur mon tableau Pinterest dédié où j'en épingle tout le temps de nouvelles...). J'en ai donc fait 2 assorties, une plate et une en volume. Compte tenu de l'épaisseur du tissu et de sa qualité, l'envers est presque indiscernable de l'endroit, je n'ai pas mis de doublure : c'est donc très rapide à faire pour un résultat assez sympa. Je pense que j'en referai d'autres, pour moi ou pour offrir : les trousses, ça sert toujours.

Trousses

Le dernier ouvrage est un vrai "tricothon" à lui tout seul. Si on m'avait dit qu'un jour je tricoterai une couverture (plutôt un couvre pieds ou une descente de lit d'ailleurs, on peut envisager les deux utilisations) avec des aiguilles 3,5 mm...

Couverture tricotée

Ma photo est immonde : j'aurais dû la faire en sortie de blocage et pas après l'avoir déjà stockée pliée, on voit les marques. Et la taille de la chose (environ 150 x 90 cm) n'aide pas. Mais c'est tout ce que j'ai gardé, l'objet est maintenant à Rome.

Je l'avais commencée il y a un moment, avant les chaleurs de l'été 2017 je crois, et elle a dormi dans mon panier à ouvrage pendant quelques mois. Au début de l'automne, j'ai eu envie de la poursuivre (quand il commence à faire froid, c'est sympa de se mettre une couverture sur les genoux), et je suis arrivée à la fin beaucoup plus vite que je ne l'aurais imaginé. En fait, les carrés, comme tous les motifs modulaires, c'est addictif. Quand on en commence un, on a envie de le finir. Et quand on change de couleur, on a envie de voir le résultat sur une certaine surface.

J'ai assemblé mes couleurs au fil de l'eau, sans savoir au départ si j'allais faire un carré ou un rectangle. Il s'agissait d'organiser les couleurs pour faire des changements pas trop brutaux, et en optimisant le nombre de pelotes que j'avais, avec des quantités différentes pour chaque couleur. J'aurais pu mélanger toutes les couleurs sans chercher une symétrie mais je suis moyennement douée pour ça, et j'ai eu peur de me planter.

J'ai tricoté la totalité de mes 22 pelotes, de la WoCa d'Adriafil, un mélange 70% laine et 30% chanvre (les qualités calorifiques du chanvre sont idéales pour les pays chauds : c'est chaud quand il fait froid et frais quand il fait chaud). Les restes de pelotes sont dans la bordure, en mailles serrées au crochet, mais qui gondole un peu. Je n'ai pas encore trouvé de solution idéale sur ce plan : en théorie, une maille mousse = une maille serrée, mais en pratique, ce n'est pas toujours si évident.

C'est fini pour les cadeaux de Noël.
Bon, j'ai aussi fait des housses de coussin pour ma sœur, mais des coussins non garnis de leur remplissage, c'est assez peu photogénique, donc vous ne les verrez pas.

Maintenant, retour aux ouvrages pour moi... ou pour créer de nouveaux modèles. J'ai terminé plusieurs prototypes de châles et d'étoles. Après, il faut le temps de faire les fiches, notamment les photos, les schémas et les grilles, ce qui prend parfois disons... un certain temps !

A suivre donc...

20.1.19

Mon tricothon 2018 : épisode 2

Merci pour vos commentaires sur l'épisode 1, qui me laissent penser que publier ici n'est pas devenu complètement inutile. Si je prenais encore de bonnes résolutions en début d'année (mais plus je deviens vieille et moins j'en prends), cela devrait m'inciter à publier davantage... nous verrons bien si j'y arrive !

Continuons dans les accessoires, en ouvrant les colis qui sont partis dans ma belle famille italienne. En général, j'utilise pour les réaliser des fils que ma belle-mère ou ma belle-sœur m'ont offerts, parfois longtemps avant : ce faisant, je suis quasi sûre qu'ils leur plaisent. Et c'est pourquoi vous verrez dans cette page beaucoup de marques italiennes, ce qui est généralement un gage de qualité.

Commençons par un petit ensemble qui a eu beaucoup de succès semble-t-il. Tout est en alpaga, dans un rouge sourd qui va bien à l'hiver. Je n'ai pas cherché à harmoniser les motifs des modèles, que j'ai sélectionnés parce qu'ils me plaisaient, seul le fil unifie l'ensemble. Au tricot, je l'ai travaillé fil double, à la fois pour me rapprocher au maximum de l'échantillon des modèles et pour avoir quelque chose de bien chaud. Au crochet, j'ai travaillé fil simple, le rendu du crochet pour une même épaisseur de fil étant la plupart du temps plus épais qu'au tricot.

Mitaines

Modèle : Chaud les mains, un modèle de mon cru que je refais régulièrement
Fil : Sierra Andina d'Adiafil - 100% alpaga - 133m/50g
Crochet : 3,5 mm

Diamond Head

Modèle : Diamon Head, de Petra Johnson's (modèle gratuit)
Fil : Sierra Andina d'Adiafil - 100% alpaga - 133m/50g - tricoté fil double
Aiguilles : circulaires, pointes 4,5mm

Field of Wheat

Modèle : Fields of Wheat, de Varant Ekmekjian (modèle gratuit)
Fil : Sierra Andina d'Adiafil - 100% alpaga - 133m/50g - tricoté fil double
Aiguilles : circulaires, pointes 4,5mm

Pour mon filleul, je me suis inspirée d'un modèle existant, que j'ai mis à ma sauce en le modifiant pas mal : je donne le modèle à titre purement indicatif, et je n'ai pas noté précisément comment je l'avais modifié... je m'aperçois même que j'ai oublié avec quelles aiguilles j'ai tricoté. Bref...
Ce qui est astucieux dans le modèle, c'est qu'on est à la fois sur du circulaire, mais qu'on fait quand même une pointe en augmentant de part et d'autre du milieu devant comme pour un châle. L'encolure est ainsi bien couverte. J'ai relevé les mailles de montage à la fin pour faire la bordure verte, qui n'est pas du tout dans le modèle. J'y ai superposé des côtes 2/2 et du jersey envers pour avoir un bourrelet.

Col

Modèle : Single Malt Cowl, de Sarah Barbour (modèle gratuit)
Fils : Mérinos de Fonty en fil double pour le vert + Cigno Nero Punto pure laine vierge pour le bleu
Aiguilles : circulaires, pointes 4mm (je crois)

Ce sera tout pour aujourd'hui. Il y aura un 3ème épisode, sans doute le week-end prochain. Patience...

13.1.19

Il paraît que ce sont les soldes...

Un fil ou un modèle qui vous fait de l’œil depuis un moment mais vous n'avez pas encore "craqué" ? C'est peut-être le moment de profiter des soldes pour vous faire plaisir ! Pas de solde en direct sur mon blog... où je ne vends rien, comme vous le savez. Mais mes comparses en créations lainières vous proposent quelques offres à saisir pendant la période des soldes.

Chez Renaissance Dyeing, c'est dans la rubrique "ventes" que ça se passe (parce qu'en Anglais, les termes sont inversés : "to sold", c'est vendre, et "to sale" se traduit en "vendre" ou "solder").

Vous y retrouverez deux de mes modèles "chouchous", dont les kits vous sont proposés avec 10% de remise :
    _MG_2944_DxO

    Fall in Creuse, un châle au point mousse dans un fil dentelle qui donne un résultat très léger. On peut changer les couleurs du modèle pour l'adapter à ses propres goûts, l'original ayant été conçu pour "mimer" la couleur des arbres en automne à Felletin (dans la Creuse).

    _MG_3081_DxO

    I love indigo, dans un mérinos d'Arles très doux, épaisseur fil à chaussettes, et en tricot modulaire, parce que je trouve ça très amusant à réaliser.


    Chez Annette Petavy Design, en offres spéciales, vous pouvez bénéficier de tarifs intéressants sur le destockage de fils que j'ai utilisés pour créer des modèles.

    Linea, un chouette mélange coton et lin, est idéal pour réaliser des sacs qui ont de la tenue. Avec 2 écheveaux, vous pourrez crocheter le sac Origami dont je vous ai offert la fiche l'été dernier.

    Sans titre

    Quant au mérinos fin, c'est un fil à chaussettes très polyvalent, que j'ai employé dans de multiples modèles : il est parfait pour des châles qui restent légers tout en étant rapides à réaliser. Quelques exemples ?

    Au tricot :

    Pointue_MG_5730_

    Pointue, un chouchou que je refais régulièrement pour l'offrir.

    _MG_1931

    Firebird, où le mérinos est utilisé en mélange avec de la Mini Mochi.

    _MG_1163_

    Géométrie en bleu utilise le même type d'assemblage, fil à chaussettes uni + multicolore.

    Au crochet, quelques "classiques" :

    Victoria

    Victoria, que vous pourrez réaliser avec 3 pelotes de mérinos fin.

    _MG_2085_DxO_raw

    Rayons de couleurs, qui mêle aussi un fil uni et un multicolore.

    _MG_7729_DxO_raw

    Guirlande, qui s'utilise comme une étole ou une écharpe, assez longue pour s'enrouler plusieurs fois autour du cou.

    Falbala - merinos

    Falbala, une de mes toutes premières créations au crochet.

    Si vous fouillez la liste de mes modèles chez Annette, vous trouverez d'autres modèles de châles ou de mitaines que vous pouvez réaliser avec le mérinos fin.

    Ce sera tout pour aujourd'hui. La semaine prochaine, suite de mon tricothon de Noël (mais comme les soldes c'est limité dans le temps, ça ne pouvait pas attendre !).

    9.1.19

    Mon "tricothon" 2018 - Episode 1

    Atchoum ! ça sent la poussière ici, vous ne trouvez pas ? Pendant toutes les vacances de Noël, je me suis dit qu'il fallait que je trouve le temps de publier quelques articles sur mon blog... Mais vous savez ce que c'est, plus on vieillit et plus le temps passe vite (si si, c'est scientifiquement prouvé), et moins on a le temps de faire tout ce que l'on voudrait. Et c'est vrai, je le confesse, pendant mon temps libre, je préfère occuper mes dix doigts avec des aiguilles et du fil que sur un clavier...

    Comme à la reprise de l’entraînement il ne faut pas y aller trop fort sous peine de se faire un claquage (et que je me lève tôt demain), je ne vais pas vous délivrer d'un coup tout ce que j'ai livré sous le sapin. Je vais distiller. Faites gaffe, il y en aura peut-être jusqu'à Pâques ! Parce que oui, tous les ans je me dis que je vais arrêter de fabriquer des trucs pour tout le monde, et tous les ans, quand on me suggère qu'une écharpe, un bonnet, un petit châle... ça ferait bien plaisir, je m'y colle. Et quand j'ai fait pour un (souvent pour une), je me dis que ce n'est pas juste pour les autres si je ne leur fais rien...

    Aujourd'hui, vous verrez des écharpes, avec des photos vites faites mal faites avant d'emballer les paquets, parce que cette année, c'était chaud : certains objets sont vraiment passés du blocage à l'emballage in extremis.

    Commençons par celui qui était terminé le premier, à vrai dire il était fini dès octobre : je l'ai emmené à Felletin, et il a été exposé pendant 3 jours sur le stand de Renaissance Dyeing.Mais du coup, je l'ai relavé et bloqué avant de l'offrir.
    Un modèle de Kieran Foley, qu'Andie avait déjà interprété dans de jolies couleurs sourdes, et qui avait tapé dans l’œil de ma mère. On a choisi les couleurs ensemble, et on les a choisies plutôt claquantes, pendant le Lot et la Laine de l'été 2007. Après, c'est de la patience, notamment pour cacher les changements de couleur dans la lisière, avec un faux joint russe à chaque fois pour éviter de se retrouver avec 75000 fils à rentrer à la fin. Le résultat est léger comme une plume, doux comme une caresse, et flashy comme un Vasarely...

    Camino Bubble de Kieran Foley

    Camino Bubble de Kieran Foley

    Modèle : Camino Bubble de Kieran Foley
    Fil : Mérinos dentelle de Renaissance Dyeing, 4 petits écheveaux de 250 m / 23g, 2 bleus, 2 orangés
    Aiguilles : 3,25 mm

    Mon beau frère a eu droit à une écharpe en Miski, de chouettes écheveaux de Baby Lama très doux que j'avais en stock depuis longtemps. Comme souvent pour mes cadeaux de Noël, je suis allée piocher dans les modèles de Purl Soho, qui propose toujours des réalisations simples, sobres, mais qui ont du chic.
    Là, ça va vite, ça se tricote en 4,5 mm, sans réfléchir, donc c'est bien pour déstresser. Et le destinataire a apprécié. 

    Broken Garter Scarf

    Modèle : Broken Garter Scarf de Purl Soho(modèle gratuit)
    Fil : Katia Miski (baby lama) - 4 écheveaux de 75m / 50g
    Aiguilles : 4,5 mm

    Et pour ma sœur, j'ai tricoté un des modèles d'Annette qui m'avait fait de l’œil quand elle l'avait montré dans son vlog. Le fil est un fil à chaussettes de Cascade Yarn que j'avais acheté lorsque Fifi Jolipois a liquidé Cascade pour basculer sur Drops. J'adore ce fil, rond, élastique, souple et assez doux pour faire des écharpes, mais solide comme un fil à chaussettes : ça fait des ouvrages increvables, et c'est très agréable à tricoter.
    Évidemment, comme toute créatrice qui se respecte, je suis incapable de suivre un modèle proprement (c'est pour ça qu'on crée les siens, justement), et donc la séquences des rayures pleines qui viennent rythmer la dentelle n'est pas exactement celle du modèle (je me suis plantée au début, et vu les délais de livraison, pas question de défaire), et comme je ne voulais pas gâcher le fil, j'ai fait un motif incomplet à la fin. Mais à part moi, qui le sait ?(enfin, vous maintenant aussi. N'allez pas le répéter, hein !). J'aime bien le résultat, j'en referai sûrement, on peut l'adapter à de nombreux fils différents, et comme vous l'avez peut-être noté, elle est totalement réversible, ce qui est la marque d'un modèle au tricot conçu par une crocheteuse :-) Et pour une écharpe, c'est bien !

    Mum's wrap d'Annette Petavy

    Modèle : Mum's wrap d'Annette Petavy
    Fil :Sock yarn de Cascade Yarns - 75% Merino superwash / 25% Nylon - 1 écheveau 400m / 100g
    Aiguilles : 4 mm

    C'est tout pour aujourd'hui.
    La suite je ne sais pas trop quand, mon début d'année professionnelle démarre chaud (comme c'est bizarre et inhabituel...).

    Merci à celles qui passent encore par là pour nettoyer les toiles d'araignées, je vous embrasse et vous souhaite une belle année 2019.

    LinkWithin

    Related Posts with Thumbnails