25.3.16

Joujoux au crochet

Quelques jours de congé pour récupérer d'un premier trimestre effréné sur le plan professionnel, que je pensais consacrer à des balades... mais comme souvent quand je prends une pause après une période de travail intense, je tombe malade. Rien de très grave, un bon rhume de cerveau,  mais qui me fait vider une boite de mouchoirs par jour et m'épuise.

Pour me consoler, et comme j'ai des petits cadeaux de naissance à faire, j'ai replongé dans une distraction que je n'avais pas pratiquée depuis un moment : les doudous au crochet.

Au départ, j'avais l'intention d'en faire deux... et je me suis prise au jeu, ayant découvert que mon stock de bambou se prête parfaitement à l'exercice.

PICT1230

J'ai commencé par les deux modèles trop mignons de Lucia Lanukas.

PICT1250

Modèles : Rattle bunny two-legged et Oso Donato Amigurumi de Lucia Lanukas
Crochet : 3,5 mm
Fil : Bambou de Fonty pour les deux violets, New Bamboo de Bouton d'Or pour le blanc cassé

Ensuite (je dois sans doute être la seule crocheteuse qui ne l'avait pas encore fait), j'ai fait mon Amineko, qui a un petit air revêche qui m'amuse assez.

PICT1265

Modèle : Amineko, de Nekoyama, dont vous pouvez trouver moult traductions, en français et en anglais, via une petite recherche sur Google.
Crochet : 3,5 mm
Fil : Bambou de Fonty pour le violet, New Bamboo de Bouton d'Or pour le blanc cassé

Et enfin, dans mon élan, j'ai refait mon ourson Joe, pour voir si le violet lui allait bien.

PICT1257

Je m'aperçois qu'il faudra que je retravaille un peu le patron si j'en refais d'autres : dans le crochet en rond, qui en réalité vrille en spirale, mes diminutions "raglan" sur les bras ne sont pas symétriques.
J'ai utilisé la méthode "2 mailles serrées fermées ensemble", qui ne fait pas de trou (c'est mieux dans un fil qui ne gonfle pas comme le coton ou le bambou), mais du coup le défaut se voit davantage que si on se contente de sauter une maille pour diminuer. Il faudra que je cherche d'autres possibilités... mais le jour où je n'aurai pas de rhume de cerveau ! Pour le moment, réfléchir est quasiment hors de ma portée.

Comme toujours, j'ai rempli mes bestioles avec des collants découpés en lanières d'environ 1,5 cm de large. Le matériau se prête parfaitement à l'exercice, sans nécessiter d'enveloppe intérieure, comme quand on utilise de la ouate synthétique qui risque de se faufiler entre les mailles de l'ouvrage (mais si vous craignez quand même les fuites, il est toujours possible d'utiliser un morceau de collant plus grand pour faire une "doublure"). Il passe en machine à laver (30°) sans se tasser, et sèche relativement vite : pratique pour les doudous qu'on donne aux enfants.

En outre, c'est un excellent moyen pour recycler les collants filés... et du coup, c'est un matériau quasi gratuit. Je conserve donc les miens soigneusement depuis des années : je leur fais un nœud avant de les passer en machine pour ne pas les confondre avec les collants en bon état, et je les stocke dans une grande boite en bas de mon armoire. Pour éviter les épaisseurs désagréables, il faut bien sûr supprimer les coutures et les élastiques au moment du découpage. Pour un doudou, 2 ou 3 collants sont suffisants, mais j'en ai parfois utilisé pour bourrer des coussins... et là, il vaut mieux avoir du stock, et de la patience pour le découpage.

2 commentaires:

Miss Cox a dit…

très jolies tes créations
merci pour le tuyau des collants et bon rétablissement !!

Olivia3 a dit…

Sympathiques doudous ! oui les diminutions en spirale, ça pose pb.
Bon repos

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails