8.8.10

Le cardigan Bellevue de Laura Chau

Pendant les vacances, j'aime bien faire un ou deux modèles où je me contente de suivre la fiche : à la fois reposant, et souvent l'occasion d'apprendre de nouvelles techniques.

En général, j'aime bien les modèles de Laura Chau. L'été dernier, j'avais fait son Milkweed shawl, que j'avais trouvé très réussi. Et je cherchais par ailleurs depuis un moment un modèle de cardigan à manches courtes pour utiliser le beau bambou bleu que j'avais en stock depuis les soldes 2008.

Quand j'ai vu sortir la fiche de Laura, je n'ai plus hésité : pourquoi me prendre la tête à inventer un modèle, au risque de le rater, alors que celui là correspondait tellement à mes souhaits : une petite dentelle en bas du corps et des manches, un montage de manches montées (set-in sleeves) sans couture que j'avais envie de tester depuis longtemps.

Bellevue Cardigan_IGP1966

Bellevue Cardigan_IGP1977

Modèle : Bellevue Cardigan, de Laura Chau [également sur Ravelry] - en anglais
Fil : Bouton d'Or New Bamboo - Couleur bleu faïence - 100% viscose de bambou - 10 pelotes de 50 g (475 g exactement), soit envion 800 m de fil
Aiguilles : 3,5 mm - circulaire Knitpicks

Je suis ravie du résultat final, et je l'ai déjà beaucoup porté : cette année, j'avais choisi de mettre beaucoup de bleu, et des robes sans manche dans ma valise de vacances, et il est parfait pour se couvrir les épaules pour dîner en terrasse. Mais je dois reconnaître que j'ai pas mal pesté en le faisant, essentiellement à cause du fil.

Parlons d'abord du modèle : quasiment pas de couture, sauf sous les bras, il est commencé par le bas. J'ai choisi la version manches courtes, et j'ai fait le corps un peu plus long que le modèle.

J'aime bien la dentelle, même si elle m'a donné un peu de fil à retordre, le bambou n'étant pas du tout élastique, c'est une vraie gymnastique pour les doigts que de faire toutes les diminutions requises (en particulier des surjets doubles en mailles envers prises par l'arrière de la boucle, ouf, rien que de l'écrire, ça fait déjà mal). Je me suis fait de la corne au pouce et à l'index de la main gauche à force de pousser sur mes pointes d'aiguilles, et j'ai même réussi à me percer les doigts. Bon, paraît qu'il faut souffrir pour être belle.

Bellevue Cardigan_IGP1970

J'étais impatiente de tester le montage de manches montées sans couture, et je ne suis vraiment pas déçue. C'est impeccable, et très agréable à porter, car il n'y a aucune sur-épaisseur. Les épaules sont fermées à 3 aiguilles, techniques que j'utilisais aussi pour la première fois, et qui donne vraiment un excellent résultat, autant sur l'endroit que sur l'envers, où on a seulement une fine chaînette qui s'incruste dans les mailles. En revanche, la hauteur d'emmanchure était un peu petite pour moi, et j'aime mon confort, surtout en été. J'ai donc modifié le rythme des diminutions sur la tête de manche (diminuées maille par maille au lieu de 2 mailles par 2 mailles), ce qui m'a permis de récupérer 8 rangs de circonférence totale sur l'emmanchure.

Bellevue Cardigan_IGP1980

Bellevue Cardigan_IGP1987

Bellevue Cardigan_IGP1969

En revanche, je ne suis jamais arrivée à faire proprement la bordure finale en point mousse : quel que soit le sens dans lequel je relevais mes mailles, et la méthode appliquée (tricotée au relevage ou après), j'avais toujours des trous. Je pense que c'est lié au fait que je fais une maille lisière (je ne tricote pas la dernière maille de chaque rang), je vais poser la question à la créatrice car ce n'est pas explicitement spécifié dans sa fiche, mais j'ai lu ailleurs qu'on avait un meilleur résultat en relevant les mailles sur une lisière où toutes les mailles sont tricotées.

Alors, comme je ne voulais pas gâcher le cardigan par une bordure approximative alors que le reste était nickel, j'ai fini par reprendre une vieille technique, que j'ai très souvent utilisée sur mes créations personnelles : les mailles serrées au crochet, et un rang de point d'écrevisse pour finir. Quand je compare avec les quelque réalisations visibles sur Ravlery, je trouve que ça ne dénature pas le modèle, et cette fois, c'est parfaitement propre (l'embu du crochet étant plus important que celui du tricot, on relève 1 maille pour deux rangs - donc par chaînette latérale quand on fait une maille lisière comme moi -, au lieu de 2 mailles pour 3 rangs).

Bellevue Cardigan_IGP1985

Pour finir sur le modèle, deux mots sur la manière dont Laura a construit sa fiche, que je trouve très astucieuse : le nombre de mailles à travailler pour chaque taille, exprimée en tour de poitrine, est rassemblé dans un tableau, et c'est l'utilisatrice qui doit reporter les nombres ad-hoc dans la fiche, grâce à des lettres repères (on peut d'ailleurs le faire directement en éditant son pdf, mais je l'ai fait à la main, car je n'avais pas fait mon échantillon au moment où j'ai imprimé la fiche). Par ailleurs, Laura a réalisé le modèle avec 2 fils différents en épaisseur, et deux ajustements différents. Les anglo saxonnes sont parfaites pour ça : elles l'expriment en "positive" "zero" ou "negative ease", qu'on pourrait traduire par "l'aisance" en français. Le résultat est qu'on a au total 18 mesures différentes pour le tour de poitrine. L'avantage induit, c'est qu'on peut faire son propre bricolage, et y compris substituer très facilement par le fil de son choix, même s'il a des caractéristiques différentes de ceux proposés par la créatrice, sans jamais sortir une calculette.

Concrètement, il suffit de faire son échantillon, puis de le convertir en nombre de mailles nécessaire pour s'ajuster à son tour de poitrine : c'est le seul calcul qu'on fait. Ensuite, on se reporte aux fameux tableaux, et on choisit la forme qu'on veut (j'ai pris le modèle le moins ajusté, je n'ai plus la taille fine des jeunes filles comme Laura), et non plus en fonction du tour de poitrine, mais du nombre de mailles correspondant au résultat de son opération personnelle, et on reporte le nombre de mailles correspondant aux lettres repères dans la fiche. J'ai ainsi utilisé les données d'un modèle théoriquement conçu pour 113 cm de tour de poitrine, alors que le mien n'est que de 95 cm. Sais pas si mes explications sont claires et vous permettent de saisir le génie du truc, mais j'ai trouvé ça super.

Pour terminer ce billet fort copieux, parlons donc un peu du fil. Il a trois qualités essentielles : il donne un point très régulier, la couleur est superbe, pas totalement uniforme, et s'accorde notamment parfaitement avec les jeans, et enfin le fil a un beau tomber, même s'il est un peu lourd, et il se froisse peu lorsqu'on porte le vêtement, ce qui n'est pas toujours évident avec les fibres végétales.

En revanche, je l'ai dit plus haut, il n'a aucune élasticité, et c'est donc assez galère pour les mains de faire de la dentelle avec. Ensuite, et ça m'a mise très en colère sur des pelotes Bouton d'Or, censées appartenir au haut de gamme des fils français : les pelotes sont pleines de nœuds (1, et parfois 2 par pelote). Et comme on ne peut pas faire de joint russe sur ce type de fil, ça signifie qu'on en perd beaucoup si on fait ses changements de fil en début de rang (on est en circulaire sur une seule aiguille, donc les rangs du corps sont très longs), ou il faut en passer par la vieille méthode du dédoublage de fils pour faire les raccords en cours de rang, ce qui oblige ensuite à rentrer les fils (c'est bien la peine de choisir un modèle sans couture !!).

Au blocage, il se comporte bizarrement, et j'ai eu très peur d'avoir abîmé mon travail : lorsqu'il est mouillé, les fibres gonflent (ce qui retire de la définition à la dentelle), se hérissent de petits poils, et perdent leur douce brillance. Ouf, ça revient au séchage, très long en revanche (3 jours en plein été, c'est beaucoup pour un blocage, et encore, j'ai triché sur la fin, je l'ai mis sur un cintre).

Voilà, vous savez tout sur ce modèle et sur ce fil, plus qu'à vous lancer si le cœur vous en dit !

7 commentaires:

florence a dit…

il est vraiment magnifique ! les finitions sont parfaites!
l'histoire des mesures sur un tableau je viens de les trouver sur un modéle acheté sur ravelryhttp://www.ravelry.com/patterns/library/moch-cardi
bon je suis trés nulle en anglais mais ça je l'ai bien compris et c'est trés interessant!

Annie a dit…

Bravo, il est parfait!
Depuis que j'y ai goûté, je suis aussi une adepte du montage des manches sans couture, c'est finalement très facile de transposer sur un petit tableau, une fois qu'on a compris le truc.
C'est impeccable et en outre plus de coutures à faire!!....

Arbre à laine a dit…

Impressionnant ! J'aime beaucoup. Et puis, quelle perfection, il n'y a pas une seule maille de travers ;-)

Batilou a dit…

Tres joli!
Cela ne m'étonne pas que tu m'aies beaucoup porté, il est idéal pour toutes les occasions.
c'est vrai que c'est un grand classique, la finition point d'écrevisse, mais c'est toujours aussi joli !

Aurelia a dit…

je ne connaissais pas le montage des manches sans couture, mais maintenant que tu en parles, ca me parait la seule solution! pour ne pas faire que du raglan je veux dire. ( je hais les coutures, en particuliers aux manches... )
en tout cas, impeccable, c est le mot qui lui convient le mieux. Beau boulot M'dame!

startare a dit…

Jol.i travail! et la couleur estivale est un régal pour les yeux. Je mets le modèle dans ma "queue" de Ravelry

Anonyme a dit…

Félicitations,ce gilet est splendide, puis-je acheter la traduction en français car le montage des manches sans couture est intéressant et le modèle tel que vous l'exploitez est une réussite.Merci
Françoise
francoise.qm@skynet.be

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails